header-secondaires
header-home
header-mobile-2
bouton-emission
Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Instagram 

Entre toi pis moi

Agro-Astuces

episode-12-note

Explorer le thème de la nourriture et de l’agriculture en plein hiver, c’est presque comme chercher des baleines au milieu du désert. Certes, il y a les aliments mis en conserves et ceux qui se retrouvent dans le congélateur, mais ces réserves sont les vestiges d’une saison de croissance terminée. Il y a des gens qui font pousser les légumes d’hiver en serre, mais cette technique nécessite investissement, planification et connaissances. Ma découverte de la serre à Fran et Mark m’a inspiré à adopter cette technique dans un futur proche. Finalement, il y a le lièvre et l’éperlan mes protéines hivernales sauvages. Celui qui se fie à la pêche et à la chasse pour se nourrir doit pouvoir y consacrer énormément de temps et même ses meilleurs efforts ne sont pas une garantie de repas.

episode11-note

Abattre un animal n’a rien de plaisant. Je ne le fais pas pour rire. Je le fais parce que je mange de la viande et pour que je puisse manger de la viande, un animal doit mourir. Une bonne partie des carnivores modernes font comme si ce n’est pas le cas.

episode10-note

Cette année, grâce aux systèmes d’Agrinovation que j’ai mis en place, mon jardin fut un succès. C’est-à-dire que le jardin a bien produit, mais tout n’est pas rose dans le potager de Patrick. De pair avec l’arrivée du premier gel, je vous partage mes observations notées lors de la saison de croissance 2015.

episode9-note

Cet été, mon jardin a produit, ça, c’est certain. Le travail était un peu moins difficile grâce, en grande partie, à de meilleures plates-bandes, aux paillis en plastique et au système d’irrigation. Malgré ces réussites, tout n’est pas rose. Comme l’an dernier, le clou dans le cercueil de mon aventure, c’est la distance. Si le jardin était dans ma cour arrière, il n’y aurait aucune trace de mauvaises herbes. Il n’y aurait pas de gaspillage de légumes. Il y aurait des insectes, mais, j’ose espérer, il y en aurait moins. D’abord et avant tout, le jardin serait un plaisir plutôt qu’un embêtement. Malgré de superbes récoltes, voyager 100 kilomètres aller-retour à tous les deux jours jette une ombre sur les résultats. Sans oublier le coût de l’essence pour faire ces multiples trajets.

episode8-note

Recevoir des animaux nécessite une préparation qui, comme pour le jardin, se fait avant leur arrivée. Il y a l’enclos à construire. Les cochons, comme ceux de l’an dernier, vivront dans un enclos de palettes. C’est une clôture efficace et quasi gratuite, on ne change pas une équipe qui gagne! Le seul hic serait l’esthétique. Qui dit esthétique, dit augmentation de dépenses, chose qui freine vite mon enthousiasme.

episode7-note

Jardiner, ce n’est pas facile. Ça ne veut pas dire que ce n’est pas plaisant. C’est juste frustrant par bout. Prenez comme exemple le mois de juin.

Dans un monde parfait, mes plates-bandes auraient été construites en avril ou au début mai. L’idée c’est de planter ses semis dès que la terre n’est plus gelée. Les pois, certains choux et les épinards sont tous des légumes qui tolèrent un peu de froid et de gel. Ceci fait en sorte que le jardin commence à produire dès le début juin. Hélas, tel n’était pas mon cas cette année. J’ai préparé mes plates-bandes au début juin, le temps idéal pour commencer les légumes d’été qui ne tolèrent aucunement le froid ou le gel (tomates, piments, aubergines, concombres, etc.).

mes notes octobre

J'ai adoré mon expérience cet été. Comme je n'habitais pas chez les Lewis, il y avait toujours un élément transitoire, un sentiment de non permanence. Par conséquent, je n'y mettais pas tout mon possible. Je ne dis pas que j'ai été lâche, mais j'aurais pu en faire plus.

Fort d'une année d'expérience, je sais maintenant où concentrer mes efforts. Ça va brasser l'an prochain. Mon rêve c'est d'acheter une maison avec quelques acres de terrain. Pour ma petite famille, c'est l'occasion de choisir un terrain qui va nous permettre de grandir et de prendre de l'expansion en gardant en tête les limites de nos ressources.

mes notes septembre

Dans le nord de l'Ontario, la pêche et la chasse sont excellentes. Je ne suis pas vraiment un gars de chasse et pêche mais ma gourmandise en a décidé autrement. Pour satisfaire aux exigences de mon estomac, je me fie aux leçons de Donald, mon ami et guide avec qui je suis allé chasser l'orignal à quelques 80 kilomètres au sud de Kapuskasing. Tout d'abord, la chasse au grand gibier est plus compliquée qu'on est porté à croire. Il ne suffit pas de se rendre dans le bois avec une carabine et tirer. Heureusement, une fois apprises, les stratégies de la chasse à l'orignal et de la chasse au chevreuil sont pareils, il s'agit simplement de changer d'habitat selon l'animal.

mes notes aout

ATTENTION: Cet article parle des abats et des coupes de cochon délicieuses, mais peu appréciées. Capricieux et végétariens s'abstenir.

J'adore tout du cochon. Il est un plaisir à élever et, arrivé à l'abattoir, donne une carcasse incroyablement profitable/utile. Peu de gens cuisinent le cochon au complet, du groin à la queue, préférant ne manger que les coupes nobles. Mes amis, vous négligez de vrais délices! Voici quelques parties du porc que j'ai mangé et qui, j'en témoigne, sont absolument délicieuses.

mes notes juillet
Grâce aux Lewis, j'ai eu accès à un terrain et à leur équipement. Ça m'a permis d'apprendre qu'il y a des infrastructures et des équipements de base nécessaires si je veux pouvoir subvenir aux besoins alimentaires de ma famille sans dépendre des autres.

mes notes juin
La fin du printemps a été éprouvante. Il y avait le jardin à établir, les mauvaises herbes à vaincre, les jeunes animaux à soigner et tout ceci à 32km de chez nous. Quelques conseils pour éviter de répéter mes erreurs:

Jardin-de-Pat-en-mai
Au début, dans mon jardin, la théorie primait car je n'avais aucune expérience. J'étais comme un bébé oiseau qui n'a pas encore ses plumes; tout nu mais convaincu que je pouvais voler. L'univers n'est pas toujours tendre maitresse pour les oisillons impatients, parfois les bébés oiseaux tombent du nid.

Voici une liste de théories que j'ai mis en pratique et ce qui en résulte. Mais... c'est souvent ma tête de cochon et mon manque d'expérience, et non la théorie, qui sont à blâmer.

Qui est Pat?

Pat
Je suis amateur fermier, gourmet autodidacte, locavore avec un penchant pour l'absurde et depuis peu, Agrofou ! Mon défi : subvenir aux besoins alimentaires de ma petite famille tout en restant fidèle à mes principes. J'me lance !

Ligne du Temps

La chronologie de l’aventure de Patrick en un coup d’œil !  Bonne découverte !

ligne-du-temps
» Naviguez la ligne du temps

La communauté #AGROFOLIE

Partagez vos expériences et vos aventures avec la communauté Web d'Agrofolie en utilisant le mot-clic #AGROFOLIE dans les réseaux sociaux!
Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Instagram Vine

Instagram

Patrick Thibeault vit le rêve de plusieurs qui désirent cultiver leurs propres aliments; il se lance dans une expérience d'autosuffisance alimentaire. Comme Patrick n'est pas agriculteur et n'a jamais pratiqué l'élevage, il a recours à des gens connaissant qui le guide dans ses essais et erreurs. La série documentaire Agrofolie le suit dans son aventure.
Agrofolie, c'est prendre la clé des champs et se mériter une liberté avec un dur labeur.

Nous joindre

Les Productions MOZUS
45 Norwood, Moncton, NB
Canada E1C 6L8
506-382-1116
agrofolie@mozus.ca
www.mozus.ca
logo fmc logo unis logo mozus