header-secondaires
header-home
header-mobile-2
bouton-emission
Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Instagram 

Entre toi pis moi

Agro-Astuces

mes notes juillet
Grâce aux Lewis, j'ai eu accès à un terrain et à leur équipement. Ça m'a permis d'apprendre qu'il y a des infrastructures et des équipements de base nécessaires si je veux pouvoir subvenir aux besoins alimentaires de ma famille sans dépendre des autres.

Selon mes gourous du bio, Alain et Eva, au printemps, une serre permet de planter les semis et devance le début de l'été. En été, le climat chaud et humide de la serre aide à mieux faire pousser les plantes semi tropicales comme les poivrons et les tomates. À l'automne, la saison de croissance est prolongée afin de maximiser le rendement des plantes. Si tout est bien planifié, les légumes résistants au gel comme les poireaux et les épinards peuvent survivre l'hiver. Une serre est donc une infrastructure très utile, voire essentielle pour un petit jardinier non-commercial comme moi.

Je me pose des questions quant à l'utilité d'une grange. Chez Mélanie Losier, les cochons passent l'hiver dehors avec seulement de petites cabanes non-isolées pour abri. Chez Bernard et Francine Thériault, il y a une grange pour héberger les vaches. Qui aurait crû qu'une vache est plus frileuse qu'un cochon! Je ne suis pas prêt à avoir de gros animaux à l'année. Une petite remise suffit à mes cannes. Mon gros bétail est abattu à l'automne. Donc, pour l'instant, je n'ai pas besoin de structure permanente.

J'aime pêcher et surtout «jigger» du maquereau. À bord du bateau de pêche commercial avec lequel André et son père pêchent le homard au printemps et à l'automne, la pêche est bien agréable. Comme je n'ai pas l'intention de devenir pêcheur, l'achat d'un gros bateau serait excessif. Aller à la mer en chaloupe d'aluminium ou se contenter de pêcher le maquereau le long d'un quai? J'habite les Maritimes, un bateau serait de mise, non? Ou du moins, un bon ami pêcheur, partant pour m'embarquer à la poursuite du maquereau aussi souvent que possible! À bien y réfléchir, ce paragraphe n'a pas d'affaire sous la rubrique d'infrastructures, mais plutôt dans le domaine des relations amicales. Un bon ami qui sait partager son bonheur, ça vaut dix tracteurs!

Si je réussi à avoir un jardin qui produit suffisamment d'aliments pour nourrir ma famille, je devrai avoir les installations nécessaires pour entreposer cette abondance. Un cuiseur à pression et les équipements nécessaires pour mettre en conserve les aliments périssables, c'est bien utile. Les patates, les pommes, les poires, les carottes, les betteraves, les oignons, l'ail, les courges, les kohlrabis, les endives et tout autre légume qui se conserve à une température semblable à celle du réfrigérateur ne nécessitent pas la mise en conserve. Ils ont besoin d'un endroit où la température et l'humidité sont idéales, comme dans une cave. Je me souviens de la cave chez mes grand-parents. Il y avait une chambre froide avec une montagne de patates dans un coin sombre qui, enfant, me faisait peur. Afin d'être un peu plus scientifique, je compte faire de la recherche sur les meilleures pratiques à suivre.

Qui est Pat?

Pat
Je suis amateur fermier, gourmet autodidacte, locavore avec un penchant pour l'absurde et depuis peu, Agrofou ! Mon défi : subvenir aux besoins alimentaires de ma petite famille tout en restant fidèle à mes principes. J'me lance !

Ligne du Temps

La chronologie de l’aventure de Patrick en un coup d’œil !  Bonne découverte !

ligne-du-temps
» Naviguez la ligne du temps

La communauté #AGROFOLIE

Partagez vos expériences et vos aventures avec la communauté Web d'Agrofolie en utilisant le mot-clic #AGROFOLIE dans les réseaux sociaux!
Suivez-nous : Facebook Twitter Youtube Instagram Vine

Instagram

Patrick Thibeault vit le rêve de plusieurs qui désirent cultiver leurs propres aliments; il se lance dans une expérience d'autosuffisance alimentaire. Comme Patrick n'est pas agriculteur et n'a jamais pratiqué l'élevage, il a recours à des gens connaissant qui le guide dans ses essais et erreurs. La série documentaire Agrofolie le suit dans son aventure.
Agrofolie, c'est prendre la clé des champs et se mériter une liberté avec un dur labeur.

Nous joindre

Les Productions MOZUS
45 Norwood, Moncton, NB
Canada E1C 6L8
506-382-1116
agrofolie@mozus.ca
www.mozus.ca
logo fmc logo unis logo mozus